« Contre »

Publié le par Hypolite Brindavoine

J’ai conscience que ma page perso prend de temps à autres une allure de Blog de destruction massive. Je tire, sans distinction aucune, sur tout et n’importe quoi. Je reviendrai à des propos plus rassembleurs après ceci : « qu’est-ce qu’être Français ? », se demande-t-on à longueur de colonnes et de best-sellers. Ma foi, je n’en sais bien rien, mais le « Frenchy » se dévoile tout de même un peu dans le texte. Quand on est Français, on l’est jusqu’au bout des mots. Comme le mot « contre ».

Un Français n’est jamais pour ; il est toujours CONTRE. La mondialisation ? Le cheminot est CONTRE. Le maçon letton ? Le villiériste est CONTRE. L’Europe fédérale ? Le communiste est CONTRE. L’Inde, la Chine, Israël et les Américains ? Le politiquement correct dit qu’il faut être CONTRE. La compétition, la concurrence ? Encore CONTRE. L’immigration, la discrimination positive ? Même les immigrés sont CONTRE (vraie expérience vécue au cours d’un reportage en Seine St Denis). On ne peut pas être contre le « contrement » correct. On ne lui demande même pas son avis, au www.râleur/hurleur/grogneur/rouspéteur/tapageur.fr de Franchouillard de service ! Mais là n’est pas le problème, finalement : quoi qu’on dise, qu’on fasse, qu’on conjecture, qu’on invente, qu’on intente, qu’on expérimente, qu’on ose ou qu’on commette … ces veaux de Français sont évidemment CONTRE.

Chers Capharnaümbloggeurs, vous êtes-vous déjà demandé combien de fois par jour vous entendiez, sans le savoir, le mot « contre » ? La PMAF est « contre l'élevage industriel des poulets », Greenpeace « contre les baleiniers japonais », la société française de cardiologie « contre l’hypertension artérielle », Ni Putes Ni Soumises « contre le machisme et les violences masculines », l’union syndicale Solidaires « contre les fonds de pension », la WWF en lutte « contre les menaces qui pèsent sur la Grande barrière de corail », la fondation 30 millions d’amis « contre l’utilisation de fourrures de chiens et de chats » et la ville de Bourges « en lutte contre les déjections canines abandonnées ». J’ai même déniché un « comité de lutte contre le langage SMS et les fautes volontaires ». C’est pour dire !

Tout cela me rappelle une réplique de Valérie Lemercier dans un de ses one-man-show : « Ce que je pense du SIDA, moi ? Je suis contre ! »

Publié dans Vocables préférés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pour 14/02/2006 14:54

Le problème des "con-tre", c'est que ce sont ceux qui font le + de bruit... mais sont-ils si nombreux? Par exemple, et il y en a tellement d'autres, pour le CPE: il y a une poignée de "contres" qui gueulent... (et qui ne proposent rien) mais les "pour ", eux ne se font pas entendre or ils existent... donc une fois encore, on va écouter les "cons"... Et les pauvres-pour, ceux qui bossent et qui n'ont pas le temps de faire ni grèves ni manifs n'ont plus qu'à aller bosser en serrant les dents c'est bien démotivant tout ca!

Hypolite Brindavoine 14/02/2006 15:10

Très juste, je suis complètement d'accord avec toi. H&B

YB 07/02/2006 17:41

Si tu parles du PS, c'est clair, être contre, c'est aujourd'hui , et en l'absence de projet, l'unique façon d'exister. C'est aussi une façon de rassurer les militants, un peu paumés, tant la frontière droite gauche semble souvent brouillée.Ainsi Ségo chante les louanges du blairisme et de la flexibilité et dans le meme temps s'insurge faussement, en bonne politicienne qu'elle est, contre le CPE. Finalement elle est totalement pour et totalement contre à la fois. C'est très fort ! Mais ça marche...

carole 03/02/2006 21:07

Moi je suis pour le combat de la ville de Bourges! difficile d'être contre! Suis d'accord avec le comm de So, il est beaucoup plus facile d'être contre quelque chose proposé par quelqu'un que de proposer soi-même...ça occupe le terrain quand on a rien à dire. Bon week end.

Hypolite Brindavoine 04/02/2006 10:59

MERCI Carole pour ton aide! C'est un pote qui m'a dit ça l'autre jour: "tu devrais faire un post sur le mot [contre], c'est tellement Français!" J'ai été immédiatement emballé.. H&B

So 03/02/2006 16:21

Mais n'est-il pas résolument plus facile d'être contre et de critiquer ce qui se fait ou se dit plutôt que de proposer des améliorations constructives et de nouvelles idées??? Les hommes politiques et autres intervenants ne tirent-t-ils pas sur tout ce qui bouge en criant au scandale que pour faire oublier la vacuité et l'inanité de leurs idées?
Bises...

Hypolite Brindavoine 04/02/2006 11:00

Salut So, tjours bien sentis, tes commentaires. De temps en tps, j'ai moi-même l'impression d'être toujours "contre" dans mon blog, il faudrait que je sois plus constructif...
Je prépare une série en 5 actes pour la semaine prochaine, avec encore pleins de mots à la con.. H&B

YB 03/02/2006 11:47

C'est une façon de dire qu'on est POUR beaucoup de choses aussi et qu'on est bien vivant. Sinon t'es pour ou contre les "contre" :-) ?

Hypolite Brindavoine 03/02/2006 14:30

Je vois ce que tu veux dire; mais à l'image du PS, j'ai plutôt tendance à penser que le mot "contre" révèle une absence de vision, de projet, de volonté et de désir. Il est difficile en France, d'être un réformateur, mais je l'assume de mieux en mieux ! H&B